Utilisateur
Mot de passe
> Mot de passe perdu

Contenant


8 messages dans le topic



Tous les forums > Films > HWY - An American Pastoral
Sujet : HWY - An American Pastoral
AuteurVilcA
SujetHWY - An American Pastoral
QuestionAlors? Les grands thèmes de Morrison en image? Ca vous inspire?






nstar nstar nstar nstar nstar
star nstar nstar nstar nstar
star star nstar nstar nstar
star star star nstar nstar
star star star star nstar
star star star star star

Vous devez être connecté pour participer aux sondages.
Membre depuis le
30 déc. 2003
1611 messages
Le dim. 3 mai 2009 à 14:33

Bon alors déjà, si vous l'avez pas vu (et y a de fortes chances me semble-t-il), il est (entre autres).

D'après IMDB c'est réalisé en 1969 par Paul Ferrara mais bon, j'suis pas sûr que ce soit vraiment lui qui ait été le plus impliqué...

Toujours est-il qu'on se retrouve avec une sorte de road-movie métaphysique, avec tous les grands mythes de la poésie Morrisonienne : le "Lizard King" qui émerge du lac primordial, la Highway, la City/L'America...

Voilà pour le trip Morrisonien (ce qui est déjà fort bien), mais en plus ça fait beaucoup/énormément penser (du moins pour moi) à Two-Lane Blacktop (Macadam à Deux Voies), qui lui date de 1971. Alors je sais pas si Monte Hellman avait vu HWY mais m'est avis que ce ne serait pas improbable.

Bref, tout ça pour dire que HWY (comme Two-Lane Blacktop) c'est très Nouvelle Vague, très Antonioni, et très bien aussi.

  Once upon a time, in New York City in 1941... at this club open to all comers to play, night after night, at a club named "Minton's Play House" in Harlem, they play jazz sessions competing with each other. Young jazz men with a new sense are gathering. At last they created a new genre itself. They are sick and tired of the conventional fixed style jazz. They're eager to play jazz more freely as they wish then... in 2071 in the universe... The bounty hunters, who are gathering in the spaceship "BEBOP", will play freely without fear of risky things. They must create new dreams and films by breaking traditional styles. The work, which becomes a new genre itself, will be called... "COWBOY BEBOP".

Message édité le 15/06/2009 à 13:18:06


Membre depuis le
29 mars 2003
7098 messages
Le lun. 1 juin 2009 à 00:51

VilcA a écrit :
Alors? Les grands thèmes de Morrison en image? Ca vous inspire?


Bah euh... j'ai bien peur que non...





Membre depuis le
30 déc. 2003
1611 messages
Le lun. 1 juin 2009 à 03:35



Ca me rappelle quelques souvenirs ça.
J'pense que je suis pas mal là, pour le film avec le moins de réponses...

Et pourtant j'ai mis le lien!

  Once upon a time, in New York City in 1941... at this club open to all comers to play, night after night, at a club named "Minton's Play House" in Harlem, they play jazz sessions competing with each other. Young jazz men with a new sense are gathering. At last they created a new genre itself. They are sick and tired of the conventional fixed style jazz. They're eager to play jazz more freely as they wish then... in 2071 in the universe... The bounty hunters, who are gathering in the spaceship "BEBOP", will play freely without fear of risky things. They must create new dreams and films by breaking traditional styles. The work, which becomes a new genre itself, will be called... "COWBOY BEBOP".


Membre depuis le
30 déc. 2003
1611 messages
Le lun. 15 juin 2009 à 13:40

Nouvelle tentative :










  Once upon a time, in New York City in 1941... at this club open to all comers to play, night after night, at a club named "Minton's Play House" in Harlem, they play jazz sessions competing with each other. Young jazz men with a new sense are gathering. At last they created a new genre itself. They are sick and tired of the conventional fixed style jazz. They're eager to play jazz more freely as they wish then... in 2071 in the universe... The bounty hunters, who are gathering in the spaceship "BEBOP", will play freely without fear of risky things. They must create new dreams and films by breaking traditional styles. The work, which becomes a new genre itself, will be called... "COWBOY BEBOP".


Membre depuis le
4 avr. 2003
8181 messages
Le mar. 16 juin 2009 à 18:47

Ah, ça y est, quelqu'un l'a vu !!!
Il est passé de 5 à 2.5...

Bon j'avoue j'ai regardé le 1er lien et j'ai pas continué tellement c'était chiant mais bon...
C'est pas précisé sous quelle drogue ils étaient quand ils ont fait ça ?


Si vous aviez rencontré Hitler dans les années 20, sachant les horreurs qu'il allait provoquer, l'auriez-vous tué ?

Message édité le 16/06/2009 à 18:52:53


Membre depuis le
5 juil. 2005
1204 messages
Le mar. 16 juin 2009 à 22:33

Comparé à ce film, Tracteur Tom c'est le Seigneur des Anneaux

Mon blog:
http://kalkaoual.blogs.allocine.fr/

Dernier article: Rocky III et la dialectique hégélienne


Membre depuis le
21 mars 2003
2296 messages
Le mer. 17 juin 2009 à 13:50

Oeuvre contemplative élégiaque nous questionnant sur la place de l’individu dans le… Non je déconne c’est une grosse bouse ce truc. J’ai tout bien regardé et il m’a fallu du courage pour aller au bout de l’ennui.
Ce film c’est : il était une fois un mec qui voulait se servir d’une caméra… Morrison marche, dort, conduit et fait pipi. Son périple est plus chiant qu’un jour de pluie, heureusement l’ennui est la seule sensation procurée par ce film, pas de colère ni de malaise. On cherche pas à choquer ici… D’ailleurs on ne cherche pas à faire grand-chose je crois. Je n’ai pas ressenti l’esprit d’une époque ou une atmosphère intéressante.

Je m’arrête là parce que j’écris plus de choses qu’il n’y a de dialogue dans film.




Membre depuis le
15 août 2010
1 seul message
Le dim. 15 août 2010 à 16:18

Jimbo doit se retourner dans sa tombe. Vilca, je pense que tu aurais du préciser dans ton poste (Vilca) que connaître l'univers de Morrison était quand même requis pour apprécier son film. A moins d'être un hippi roots en quête de trips visuels, apprécier ce film sans être préparé à l'univers, c'est difficile.

L'univers de Jim Morrison est largement dévoilé dans l'oeuvre des Doors: les thèmes cités par Vilca (notamment le Roi Lézard, l'Ancient Lac, La Highway, L'America etc.), on retrouve tout ça dans les textes, dans la musique, dans les poèmes publiés post-hum...

Alors oui pour le coup ça fait film d'intello, puisqu'il faut se "documenter" au préalable (ou après, au choix): écouter les Doors, voir le film When You're Strange (sorti récemment), voir le film d'Oliver Stone (même s'il est très romancé, il faut le voir pour se faire une idée), lire ou écouter les poèmes de Morrison (l'album An American Prayer est une compilation de poèmes récités de Jim, mis en musique par le reste du groupe.

Ce film est ancré dans la deuxième partie de la vie de Morrison: la partie "poète maudit". Ce film est pour Morrison l'occasion de mettre son univers en images.





Accueil | Quiz Invisibles | Quiz Visuels | Quiz Textes | Forums | Comparateur | Conditions Générales d'Utilisation

Sauf où cela est expressément indiqué, tous les produits, logos, images et visuels publiés sur le site sont la propriété de leur(s) marque(s) respectives(s), des éditeurs vidéo ou de leurs ayant-droit.