Utilisateur
Mot de passe
> Mot de passe perdu

Contenant


400 messages dans le topic



Sujet : LECTURE
Membre depuis le
3 avr. 2005
1122 messages
Le sam. 15 nov. 2008 à 15:25

zioup !

- Gatsby le magnifique : Oui. J'approuve. C'est pas tant l'histoire que ça raconte, c'est surtout le magnifique choix des mots et des expressions qui emporte notre imaginaire là où l'auteur veut qu'il aille. A lire. A relire. A prêter, à conseiller, à lire à voix haute à un amphithéatre d'étudiants universitaires à la place du spectacle comique qu'ils viennent voir. Oh yeah.

- Flash (ou le grand voyage) : Du Kérouac français en différent ? complètement accrochant. Classé au rayon enfants chez mon libraire. Oh yeah.

Don quichotte devait suivre, parce qu'au bout d'un moment faut pas déconner et se pencher sur les classiques, mais y'a A l'estomac qui vient d'arriver entre mes mains, donc Cervantes pour plus tard...oh yeah.

-les gens sont gentils-


Membre depuis le
5 juil. 2005
1204 messages
Le mar. 25 nov. 2008 à 17:49

Je suis un écrivain japonais - Dany Laferrière



Résumé du livre

Montréal, de nos jours. C'est l'histoire d'un homme qui ne fait rien, ou presque. Le narrateur prend des bains. Relit le poète japonais Basho. Ecrit à peine. Fait l'amour avec Midori. Reçoit la visite de monsieur Mishima. Cet attaché culturel de l'ambassade du Japon lui apprend qu'il est devenu célèbre à Tokyo. Célèbre à Tokyo ? Un jour dans une interview, il a annoncé qu'il était en train d'écrire un livre intitulé 'Je suis un écrivain japonais', et le phénomène de la célébrité s'est emballé.

Avis:

Une double bonne surprise.

Ce titre extrêmement bien trouvé (le narrateur se vante au début du roman d'avoir trouvé un si bon titre) n'est pas le seul intérêt. Le livre en lui-même est une parabole amusante et cultivée sur la transnationalité de la littérature.

Dany Laferrière défend l'idée qu'il peut être un écrivain japonais, sans être né au Japon ni parler Japonais ni même être allé une seule fois au Japon. Le livre qu'il prévoit d'écrire, "Je suis un écrivain japonais" déchaîne alors les passions autour d elui: étonnement de ses lecteurs, interêt des japonais touchés par une crise identitaire...



Pour Dany Laferrière , romancier québecquois originaire d'Haïti, il n'existe pas d'écrivain de tel ou tel pays. Il n'y a pas d'étiquette qui ne soit réductrice. Mélange de styles et de sujets (Basho, Mishima, Saramago, Kerouac...) Ce livre est à la fois une porte vers la mixité culturelle et une déclaration d'amour au métier d'écrivain... donc non, contrairement à ce que l'auteur laisse entendre au début du livre, tout n'est pas dans le titre.



Membre depuis le
4 nov. 2003
1095 messages
Le jeu. 2 avr. 2009 à 12:06

Blindness de Jose Saramango
Un homme devient soudain aveugle en pleine rue. C'est le debut d'une grande epidemie qui seme la panique dans tout le pays. Les aveugles sont enfermes, isoles et bientot livres a eux meme. Seule une femme voit encore et devient le temoin de cette deshumanisation.
Je n'ai pas pu voir le film a sa sortie. Mais le sujet m'avait interesse. Donc logiquement j'ai lu le livre.
Le sujet est tres dur, le style litteraire plutot intelligent puisqu'il prend le lecteur a partie assez regulierement durant le recit et l'ecrivain analyse "en direct" l'action. Impossible pour le lecteur de prendre du recul. Vraiment Interessant.

Whatever didn't happen, make sure it doesn't happen again


Membre depuis le
21 juil. 2003
5524 messages
Le jeu. 2 avr. 2009 à 19:22

susie a écrit :
Blindness de Jose Saramango
Un homme devient soudain aveugle en pleine rue. C'est le debut d'une grande epidemie qui seme la panique dans tout le pays. Les aveugles sont enfermes, isoles et bientot livres a eux meme. Seule une femme voit encore et devient le temoin de cette deshumanisation.
Je n'ai pas pu voir le film a sa sortie. Mais le sujet m'avait interesse. Donc logiquement j'ai lu le livre.
Le sujet est tres dur, le style litteraire plutot intelligent puisqu'il prend le lecteur a partie assez regulierement durant le recit et l'ecrivain analyse "en direct" l'action. Impossible pour le lecteur de prendre du recul. Vraiment Interessant.



Rah, ça me donne envie de le lire tout de suite - surtout que je l'ai depuis Noël-, mais je dois d'abord finir Les aventures de Monsieur Pickwick...



Cinéma, cinéma tchi tchaaaaaaa...


Membre depuis le
5 nov. 2006
1407 messages
Le jeu. 2 avr. 2009 à 22:21

là on m'a prêté le livre Entre les murs de François Bégaudeau. Je vais essayer de le lire vite car d'autres de ma classe veulent le lire. Je vous dirai ce que j'en pense assez rapidement.

Sinon j'ai lu :

Cercueils sur mesure de Truman Capote

Histoire

"Jake Pepper enquête jusqu'à l'obsession sur une série de meurtres mystérieux. Toutes les victimes ont reçu peu avant leur mort un cercueil miniature contenant une photo très personnelle... Un suspect: l'intouchable Bob Quinn, propriétaire du B.Q. Ranch traversé par la Rivière Bleue, objet de toutes les convoitises."

Mon avis

Véritable coup de coeur !
Cette histoire inspirée de faits réels et qui met en scène l'auteur (qui s'intéresse de près à l'enquête) est très bien écrite et réussit à nous captiver.
Le fait de savoir qui est le suspect dès le début de l'oeuvre ne nous gâche pas notre plaisir ni le suspense.
Truman Capote décrit très bien les ambiances, les lieux et les personnages. J'ai aimé le parallèle qu'il fait entre Quinn et le révérand Snow. C'est subtil et met des touches d'humour. Il rend son propre personnage attachant, ainsi que celui de Jake Pepper. L'histoire est passionnante.
J'ai acheté ce livre à 2 euros mais j'ai envie de lire Musique pour caméléons, un recueil de 15 nouvelles écrites par Capote. On y retrouve Cercueils sur mesure, nouvelle de 120 pages.
J'aime aussi le fait qu'à la fin on ne sache pas officiellement la vérité car on utilise nos méninges et notre imagination.

Bientôt mes avis sur les derniers livres que j'ai lus :
- De Sang Froid (Truman Capote)
- Mr Maléfique et autres nouvelles (Truman Capote)
- Trainspotting (Irvine Welsh)
- Le magicien d'oz (Frank L. Baum)
- Les fabuleuses aventures d'un indien malchanceux qui devint milliardaire (Vikas Swarup)




Membre depuis le
21 mai 2005
349 messages
Le lun. 6 avr. 2009 à 15:05

J'ai lu dernièrement "Le liseur" (Avant même ue le film avec Winslet ne sorte j'étais fasciné par l'histoire)

[QUOTE]Un adolescent, Michael Berg, et une femme mystérieuse, plus âgée, Hanna Schmitz, ont une liaison amoureuse, dans laquelle la lecture tient une part importante, jusqu'à ce que Hanna disparaisse subitement.

Après quelques années, Michael, étudiant en droit et stagiaire, retrouve Hanna sur les bancs du tribunal, où elle est accusée d'un crime lors de l'évacuation du camp d'Auschwitz, où elle était gardienne.[/UNQUOTE]
Méfiez vous de certains sites qui fournissent de nombreux spoilers ! :D

Eh bien laisez-vous tenter par ce court bouquin, c'est assez poétique, parfois dur, émouvant souvent. Winslet est faite pour le rôle (Kidman beaucoup moins !) et on a une vision très peu traitée dans la culture: "les bourreaux étaient aussi parfois des hommes et des femmes ordinaires qui ont succombés au sirène du nazisme pour x ou y raison. S'il n'y a pas de pardon là dedans, on en vient à comprendre un peu plus et le personnage d'Hannah, est vraiment fascinant. Ce n'est pas un livre sur la Seconde Guerre Mondiale, c'est avant tout une historie d'amour et la force du livre et de ne jamais tomber dans le gore, les détails déjà biens connus de tous, c'est une autre version de l'Histoire, mais là encore, de nombreux destins brisés :(

[CENTER]"Vous pouvez rencontrer les personnages les plus bizarres dans l'univers des comics, et pourtant ce sont eux qui me semblent les plus réels." T.B



Message édité le 06/04/2009 à 15:05:49

Message édité le 06/04/2009 à 15:06:19


Membre depuis le
30 janv. 2005
1936 messages
Le lun. 6 avr. 2009 à 16:31

Moi j'attends de pouvoir le lire dans sa langue originale (c'est pour bientôt, j'espère)

Sinon, je suis en train de relire pour la 4e fois Chercher le vent, de Guillaume Vigneault. On l'avait étudié à l'école il y a un an et demi, et ça a été un vrai coup de coeur, et la découverte d'un des auteurs québécois les plus talentueux. La dernière fois je n'ai pas pu m'empêcher de souligner mes passages préférés. Ca ne m'était jamais arrivé de gribouiller dans un livre ^.^

La paix a son prix, et il faut parfois brûler les ponts. Il y a déjà longtemps que Jack vit sans Monica. Longtemps aussi que Jack vit sans Jack , un peu. Mais on a beau enterrer les souvenirs, l'érosion fait son travail. Chercher le vent nous entraîne sur la route, la route sans destination , simplement parce qu'il faut bouger, parce qu'il faut prêter ses voiles au hasard.









Dream as if you'll live forever, live as if you'll die today.

1931-1955


Membre depuis le
5 nov. 2006
1407 messages
Le mar. 30 juin 2009 à 14:54

Entre les murs de François Bégaudeau

Histoire :

" Ne rien dire, ne pas s'envoler dans le commentaire, rester à la confluence du savoir et de l'ignorance, au pied du mur. Montrer comment c'est, comment ça se passe, comment ça marche, comment ça ne marche pas. Diviser les discours par des faits, les idées par des gestes. Juste documenter la quotidienneté laborieuse. "
Entre les murs s'inspire de l'ordinaire tragi-comique d'un professeur de français. Dans ce roman écrit au plus près du réel, François Bégaudeau révèle et investit l'état brut d'une langue vivante, la nôtre, dont le collège est la plus fidèle chambre d'échos.

Mon avis :

Beaucoup ont reproché au film de Laurent Cantet qu'on ne voit que le cours de français ou encore que le prof de français (donc Bégaudeau) était un mauvais enseignant... Doit-on descendre le film (et donc le livre) pour ça ?
Le livre est quand même proche du film. Je pensais que ce serait plus éloigné. C'est quand même tragi-comique. Ce prof a l'air franchement désespéré.
Je pense qu'en fait que la critique que j'ai faite pour le film est très proche de ma pensée du film. Donc c'est très positif.
Très bonne chose de mettre des extraits de copie d'élèves pleine de fautes, ça rend le livre réaliste.
Seul reproche car ça m'a choqué : quand le prof parle (oralement à ses élèves par exemple) il y a des fautes qui auraient pu évité. Exemple (je n'ai pas de phrase en tête, j'invente histoire que vous voyez le genre) : "on a pas le droit de faire ça" alors qu'il faut rajouter le n'.
comme j'ai dit que ma critique de ce livre ressemble à celle du film, je fais un petit copier coller de ma critique du film : (en gras, ce qui correspond à ma critique pour le livre).
Je pense que le "jugement" de ce film dépend de nos expériences et opinions personnelles. Je pense que le côté "objectif" a été perdu à cause de toutes ces "polémiques" et c'est franchement dommage.
Pour ma part, j'ai beaucoup apprécié Entre les murs. C'est parfois drôle, parfois dramatique, on est parfois proche du documentaire mais ça reste une fiction (assez réaliste). J'ai trouvé, malgré parfois leur comportement, les gamins de cette classe ainsi que le jeune professeur assez attachants. Ils ne se comprennent pas entre eux, mais nous on arrive à les comprendre. Etant moi-même encore jeune, j'ai vécu certaines des situations plutôt récemment (je ne suis pas une perturbatrice) et d'ailleurs quand je suis allée à l'avant-première du film, il y avait des jeunes qui disait à Laurent Cantet que c'était très réaliste. Des filles comme Esmeralda ou Khoumba, j'en ai connu et donc ça ne m'a pas paru très cliché. La fameuse scène où le prof dit à deux élèves "qu'elles se comportent comme des pétasses" et qu'elles ne comprennent pas forcément toute la subtilité du langage est très crédible ou tout ce qui se passe avec Souleymane aussi.
Ce film justement ne parle pas que de l'école mais de toute une société française et de son langage aussi. Les 2h38 passent très vite, la mise en scène est plutôt bonne et l'ensemble des acteurs (la plupart des non-professionnels) nous livre une bonne performance.

Forum Cinema
Maman disait toujours : La vie, c'est comme une boîte de chocolats, on ne sait jamais sur quoi on va tomber.


Membre depuis le
5 nov. 2006
1407 messages
Le sam. 25 juil. 2009 à 20:21

Monsieur Maléfique et autres nouvelles de Truman Capote

Histoire :

Jusqu'à dix dollars pour les meilleurs ! C'est ce que M. Revercomb est prêt à vous donner pour que vous lui racontiez vos rêves soigneusement notés et mis en fiches par sa secrétaire... La jeune Sylvia saisit l'opportunité et quitte son métier de sténo. Mais pourquoi surnomme-t-on Revercomb, M. Maléfique ? N'y a-t-il pas un prix à payer lorsqu'on vend ses rêves ?

Mon avis :

On trouve donc ici trois nouvelles. Les 3 nouvelles sont bonnes dans l'ensemble. Et troublantes aussi. Capote s'intéresse vraiment à la psychologie de ses personnages. Sylvia dans Monsieur Maléfique est touchante et pitoyable, Miss Bobbit dans Tel des enfants le jour de leur anniversaire apparait comme une peste et on finit par resté sur ses fesse car elle a un comportement d'adulte et Walter dans Une dernière porte est close est un égoiste et inconsciant.
Ma préférée reste Tel des enfants le jour de leur anniversaire. On sait dès le début ce qu'il se passe mais franchement c'est passionnant (alors que l'histoire en elle-même est simple). C'est bête mais je vois bien cette nouvelle pour le cinéma. Peut-être parce qu'il y a une très bonne description ?
Monsieur Maléfique est quand même "glauque" je trouve. Il est pas facile à lire je trouve, on met du temps à comprendre certaines choses. Je l'ai lu deux fois afin de tout capter. Bref une très bonne nouvelle sur la vie, la liberté et la mort (je le vois comme ça mais c'est plus complexe je pense) mais à lire si on n'est pas trop fatigué.
Il y a quand même un certain désespoir et une chute dans Une dernière porte est close. Entre les trois nouvelles, c'est celle que j'ai la moins préférée pourtant je la trouve réussi. Peut-être à cause d'une certaine ambiance ou du personage principal tout simplement.

Forum Cinema
Maman disait toujours : La vie, c'est comme une boîte de chocolats, on ne sait jamais sur quoi on va tomber.


Membre depuis le
5 nov. 2006
1407 messages
Le sam. 25 juil. 2009 à 20:23

Le Liseur de Bernhard Schlink

Histoire :

A quinze ans, Michaël fait par hasard la connaissance, en rentrant du lycée, d'une femme de trente-cinq ans dont il devient l'amant. Pendant six mois, il la rejoint chez elle tous les jours, et l'un de leurs rites consiste à ce qu'il lui fasse la lecture à haute voix. Cette Hanna reste mystérieuse et imprévisible, elle disparaît du jour au lendemain.
Sept ans plus tard, Michaël assiste, dans le cadre de des études de droit, au procès de cinq criminelles et reconnaît Hanna parmi elles. Accablée par ses coaccusées, elle se défend mal et est condamnée à la détention à perpétuité. Mais, sans lui parler, Michaël comprend soudain l'insoupçonnable secret qui, sans innocenter cette femme, éclaire sa destinée, et aussi cet étrange premier amour dont il ne se remettra jamais.
Il la revoit une fois, bien des années plus tard. Il se met alors, pour comprendre, à écrire leur histoire, et son histoire à lui, dont il dit : "Comment pourrait-ce être un réconfort, que mon amour pour Hanna soit en quelque sorte le destin de ma génération que j'aurais moins bien su camoufler que les autres ? "


Mon avis :

Au début, pour vous avouer, le livre m'a déçu. Pourquoi ? Car je trouvais que, pour ce genre d'histoire, la manière dont c'était écrit était trop simple. Plus je continue la lecture du livre, plus en fait je me mets à adorer le livre, à encore plus apprécier le film The Reader,plus je comprends le succès du livre. Oui, c'est écrit d'une manière qui peut sembler facile et accessible mais le livre est d'une richesse incroyable. Ici, les mots ne sont pas juste des mots pour écrire une histoire. Derrière les mots, il y a une puissance émotionnelle qui est bluffante et le livre est bien plus profond qu'il en a l'air. J'ai aimé en fait que le livre (et aussi le film au final) n'en fait pas des tonnes pour qu'on pleure. C'est pas du sur-tragique dans la narration. Au contraire, Michael, le narrateur, a un regard extérieur, posé, observateur, lucide, qui comprend et se comprend, qui se cherche peut-être encore. A travers ce roman, Bernhard Schlink aborde plusieurs thèmes forts : la responsabilité, la culpabilité, le prix d'un mensonge, le prix d'un secret, le nazisme, la liberté et responsabilité individuelles ou la liberté et responsabilité collectives. Et évidemment, on parle aussi d'une histoire d'amour qui est à la base est douloureuse. En effet, c'est difficile d'avoir une relation entre un adolescent de 15 ans et une dame de 35 ans. Puis, dans cette histoire, Hannah, personnage complexe car elle est attachante mais elle a commis des crimes horribles ("mais qu'aurions-nous fait à sa place ?"), part pour faire des choses ignobles, qui sont liés à son secret. Son secret peut sembler petit et pas si grave pour nous (c'est moins grave que le nazisme) mais pour elle ça peut sembler horrible. Elle veut tellement cacher son secret, l'analphabétisme, qu'elle prend une peine très lourde. Elle passe en gros 20 ans en prison. Le livre parle donc aussi d'un thème qu'on oublie souvent : la honte. On se rend compte aussi à quel point les mots et l'écriture sont importants dans nos vies, tout comme les livres et la lecture. Bref, à lire absolument. (ça se lit en deux/trois jours...)

Forum Cinema
Maman disait toujours : La vie, c'est comme une boîte de chocolats, on ne sait jamais sur quoi on va tomber.


Membre depuis le
5 juil. 2005
1204 messages
Le mar. 22 sept. 2009 à 14:43

La série des Millénium

Dieu que c'est mal écrit! Décidément, les succès populaires...

Mon blog:
http://kalkaoual.blogs.allocine.fr/

Dernier article: Rocky III et la dialectique hégélienne

Message édité le 22/09/2009 à 14:44:33


Membre depuis le
30 juil. 2003
2480 messages
Le mer. 23 sept. 2009 à 15:08

kalkaoual a écrit :
La série des Millénium

Dieu que c'est mal écrit! Décidément, les succès populaires...


Je suis entièrement d'accord avec toi, sauf que je nuancerais en disant qu'a mon avis c'est surtout mal traduit.


"I've got a Ph.D. in Horribleness"


Membre depuis le
5 nov. 2006
1407 messages
Le mer. 23 sept. 2009 à 19:33

pour les cours, je lis Candide de Voltaire

je suis en train de le lire, et j'aime bien !

Forum Cinema
TOP 10 de l'année 2009 : Looking For Eric - Departures - Slumdog Millionaire - Gran Torino - Ponyo sur la falaise - The Reader - Etreintes Brisées - Coraline - Sunshine cleaning - Good Morning England
Blog Cinema


Membre depuis le
13 avr. 2004
3584 messages
Le sam. 6 nov. 2010 à 21:10

Le chat dans le cercueil et Kafka sur le rivage.

Deux romans japonais, je pense commencer par le premier un thriller psychologique.

Et vous ?

CARPE DIEM


Membre depuis le
3 avr. 2005
1122 messages
Le dim. 7 nov. 2010 à 21:11

j'viens de finir mon premier Shakespeare ! Le songe d'une nuit d'été, mais en français ça rend forcément moins bien..

sinon j'avais commencé l'art du comédien de Brecht, mais je l'ai hélas pas fini...

et heu voilà, plus rien maintenant sous la table de nuit, sauf le dico d'espagnol, arf

-les gens sont gentils-





Accueil | Quiz Invisibles | Quiz Visuels | Quiz Textes | Forums | Comparateur | Conditions Générales d'Utilisation

Sauf où cela est expressément indiqué, tous les produits, logos, images et visuels publiés sur le site sont la propriété de leur(s) marque(s) respectives(s), des éditeurs vidéo ou de leurs ayant-droit.