Utilisateur
Mot de passe
> Mot de passe perdu

Contenant


33 messages dans le topic



Tous les forums > Films > SAM RAIMI, ton univers impitoyable!
Sujet : SAM RAIMI, ton univers impitoyable!
Membre depuis le
13 mars 2004
658 messages
Le mar. 8 févr. 2005 à 20:28

SAM RAIMI

Samuel M. Raimi, de son vrai nom, est né le 23 Octobre 1959 à Franklin dans le Michigan. Dés le plus jeune âge, il montrera un intérêt tout particulier pour le cinéma, fan des Three Stooges (des comiques burlesques, sorte de variante de Laurel et Hardi) il tendra vers des courts-métrages loufoques! Il fera très vite la rencontre de Bruce Campbell qui deviendra son acolyte et acteurs fétiches (tout comme la célèbre "Classique", voiture jaune visible dans TOUS les films de Raimi, même dans Mort ou Vif!). Il entre tout deux à l'université où ils rencontreront Robert Tapert qui clôture le trio gagnant, celui-ci deviendra le producteur de Raimi (encore aujourd'hui ou tout deux se sont associés pour fonder Ghosthouse, maison de production pour films fantastique à budget moyen!). Alors qu'il suit son cursus de littérature, Sam apprend l'existence du Necronomicon, il s'agit en effet d'un soi-disant grimoire écrit sur la chair humaine avec pour encre du sang humain bien entendu, l'auteur de cette curiosité est Abdul Alzareth surnommé le poète fou. L'esprit du futur réalisateur rangera soigneusement ce récit dans un coin de sa mémoire. Parallèlement à leurs études, les 3 complices réalisent des courts-métrages jusqu'au jour ou ils décident de passer à la vitesse supérieure, sous les conseil d'Irvin Shapiro qui leur affirme que pour réussir, il faut faire un film d'horreur, le trio se lance dans la réalisation en un gros week-end de "Within the Wood", moyen métrage servant de bande démo pour convaincre des médecins, avocats, dentistes, de Détroit, de les financer. La ronde fonctionne et le tournage de "Book of the Dead" peut débuter…

Document attaché :

feat_raimi01.jpg




Membre depuis le
13 mars 2004
658 messages
Le mar. 8 févr. 2005 à 20:30

EVIL DEAD

Le tournage débute en l'année 1979, 5 acteurs sont recrutés, parmi eux, Bruce Campbell qui est encore loin de deviner qu'il deviendra l'une des icônes les plus marquantes du cinéma fantastique, Ellen Sandweiss qui a déjà participer au moyen métrage Within the Wood, suivit de Hal Delrich (un pseudo issu du nom combiné de 2 de ses collègues de classe), Betsy Baker et Sarah York (de son vrai nom Theresa Tilly) sans oublier toute une série de "Fake Shemp" qui sont en fait tout des bénévoles ayant doublés une main dans tel plan, les jambes dans une autres, etc… Le tournage devient plus long que prévu, l'argent s'épuise, et Sam et Bruce se voit obligé de faire Barman ou Taxi pour pouvoir remplir les caisses! Raimi devient de plus en plus créatif sur le tournage et donne naissance à la mise en scène cartoonesque, ainsi que la Shaky-cam! Le film se termine en 1982, sous les conseils du même Shapiro, le film sera retitré Evil Dead, on peut déjà apercevoir au générique le nom de Joël Coen au poste d'assistant monteur (les frères Coen et Raimi sont également des amis de toujours!). A sa sortie le film est une claque, c'est bien simple, avec seulement 350 000 dollars, Raimi a renouvelé le cinéma! Combien de réalisateurs ne copieront pas les démentielles prises de vue de Raimi (le plan de la flèche dans Robin des Bois de Reynold, ou encore toujours la même flèche dans Les Visiteurs de Poiré, sans oublié un grand nombre de plans de Matrix, etc etc). Il faut bien comprendre une chose, le scénario de Evil Dead, n'importe qui aurait pu l'écrire, mais seulement Raimi pouvait le réaliser tel quel. Il est triste de constater qu'il aura fallu attendre Spider man pour que Sam puisse avoir la renaissance internationale qu'il méritait depuis le début!

Document attaché :

B00000G3Q4.01.LZZZZZZZ.jpg




Membre depuis le
13 mars 2004
658 messages
Le mar. 8 févr. 2005 à 20:32

MORT SUR LE GRILL

Suite à son apparition musclé, Sam Raimi peut enfin débuter une carrière de réalisateur. Pour sa seconde réalisation, il décide tout naturellement de faire ce qu'il aime le plus, le Cartoon! Il faut savoir que Mort sur le Grill sera un flop, non pas que le film soit raté (bien au contraire!) mais le film fut extrêmement mal distribué, on peut facilement imaginé la déception du encore très jeune Raimi qui venait de réaliser ici, sans aucun doute, la plus incroyable et réussie transposition d'un univers de cartoon à l'écran! Par un soir de tempête violente, monsieur Trent décide de se débarrasser de son collègue un peu trop envahissant, pour se faire, il engage un duo d'exterminateurs de rats qui liquide "toutes les espèces", ce qu'il ignore, c'est que c'est deux déjantés sont incontrôlables! Et s'est partie pour 1h25 de délire où un pauvre loser cherchant désespérement de gagner le cœur d'une jolie demoiselle va être embarquer dans cette histoire riche en rebondissement, quiproquos et gag destroy. Le scènario est le fruit des frangins Coen et de Raimi, plus tard, Raimi collaborera au scènario du Grand Saut! Bruce Campbell incarne un bellâtre arrogant du nom de Rinaldo, second rôle certes, mais inoubliable! Je ne peux que vous conseiller de découvrir cette perle rare, de plus ici, Raimi dispose de moyens beaucoup plus important, sans vouloir vous gacher le plaisir, sachez que le film se clôture par une course-poursuite en voiture sur une grande autoroute et que pour cette année (1985) il s'agit d'un morceau de bravoure! Vous savez ce qui vous reste à faire…

Document attaché :

crimewave.jpg




Membre depuis le
13 mars 2004
658 messages
Le mar. 8 févr. 2005 à 20:33

P.S, le reste de la filmographie de Sam Raimi sera poster prochainement!
Patience s'il vous plaît!


Membre depuis le
21 nov. 2003
3555 messages
Le mar. 8 févr. 2005 à 20:35

Ha ça fait du bien de voir que tu reprends du poil de la bête










Message édité le 08/02/2005 à 21:08:03


Membre depuis le
13 mars 2004
658 messages
Le mar. 8 févr. 2005 à 20:51

EVIL DEAD II

Après la déception du à l'accueil timoré pour Mort sur le Grill, Raimi retrousse ses manches et nous flanque l'un des plus gros coup de boulle du cinéma fantastique: EVIL DEAD II, Dead by Dawn! De son propre aveux, Evil Dead deuxième du nom est ce que Raimi aurait aimé faire avec le premier. Ne pouvant récupérer des morceaux du premier opus à cause des droits appartenant à une autre maison de production, Raimi devra trouver une astuce, en résulte cette suite qui n'en est pas une mais plutôt une version dopé du premier. Le financement de ce film est du à Dino de Laurentijs, qui rappelons le, n'a pas toujours fait preuve de goût (remake de King Kong, Les Barbarians, etc). Les effets spéciaux sont confié à Mark Shostrom qui venait de finir From Beyond de Stuart Gordon (lui aussi réalisateur talentueux s'étant fait remarquer via un ptit film d'horreur gore bien secoué), pour accomplir la lourde tache qui l'attend, Shostrom s'entoure de Howard Berger, Gregory Nicotero et Robert Kurtzman (futur trio de la célèbre KNB effects) ainsi que Mike Trcic (c'est pas une faute de frappe!), Shannon Shea, Aaron Simms, Brian Tausek et ainsi que Doug Beswick pour la stop-motion et Tom Sullivan (maquilleur du premier tome) pour la création du livre, de la dague et le disign des créatures volantes! Véritable festival de l'horreur, Evil Dead 2 est le fantasme de tout cinéphile accros au fantastique, et puis il y a surtout ASH, l'emblème de la série incarné par un Bruce Campbell qui donnera lieu au rôle de sa vie (notamment grâce au GROOVY, réplique culte par excellence), c'est ainsi que dans tourbillon de tronçonneuse, de créatures incroyables, de morts-vivants et d'humour décapant, Raimi donne naissance au film ultime pour toute une générations de cinéphiles (j'en fais partie). On pourrait argumenter sur le fait que la mise en scène est incroyable, que les scènes gore sont inoubliables, que Bruce est impérial, que l'humour est à se pisser dessus, mais cela pourrait durer des heures, EVIL DEAD II est LE film culte par excellence, et on avait encore rien vu de la générosité du grand SAM RAIMI.

A suivre…

Document attaché :

B00005OCVK.02.LZZZZZZZ.jpg




Membre depuis le
13 mars 2004
658 messages
Le mer. 9 févr. 2005 à 19:51

DARKMAN

Bien avant Spider-man, Sam nous avait déjà délivré l'un des plus beau film de super-héro du septième art: Darkman! En effet, l'amour premier du réalisateur est le comic book, celui ci détenant une quantité ahurissante de magazine! Ayant déjà prouvé son amour à travers les 2 premiers Evil Dead et le cartoonesque Mort sur le Grill, il décide de réaliser une adaptation de comic book, hélas, Raimi n'a pas les moyen d'acheter les droit de quelconque super-héro existant! Qu'à cela ne tienne, il créera lui même son héros: Darkman! Jeune chercheur sur le point de réussir la création d'une peau synthétique, Peyton Westlake se retrouve défiguré par un gang de criminel. Privé de tout sens de la sensibilité tactile, il sera la proie d'excès de furie, tout en essayant de renouer contact avec sa fiancée à l'aide de sa peau synthétique et de se venger de ceux qui l'on détruit. Ici entièrement dans son élément et fort du succès de Evil Dead 2, Raimi se lâche complètement, nous offrant des prouesses visuelles dont on peut noter un effet "bullet time" bien avant Matrix, mais il s'aventure également sur un autre terrain: les sentiments! Par moment, le film va bien plus loin dans le drame du personnage principal incarné par Liam Neeson, ainsi que sa fiancée, France Mc Dormand (habituée des Coen et femme de Joel!), cette approche humaniste de l'univers de comic book permet au film de se hisser encore plus haut que le vertige visuel (à noter que cette approche atteindra son paroxisme dans le chef d'œuvre Spider-man 2!). On pourra aussi préciser que les trucages de dédoublement d'acteurs ainsi que le visage atrocement défiguré de Darkman sont tout simplement remarquable! A travers le casting nous pouvons retrouver Ted Raimi, le frangin déjà visible en serveur dans Mort sur le Grill et interprète du zombie Henrietta dans Evil Dead2, Dan Hicks qui jouait le garagiste dans Evil Dead 2, un caméo de Bruce Campbell à la fin du métrage et aussi une apparition furtive de Raimi dans la scène de l'hôpital (il apparaît en pêcheur dans Evil Dead, et en chevalier dans le deuxième opus!). Danny Elfman est l'auteur du très beau score de ce métrage et ayant fortement apprécié cette collaboration avec Sam, se chargera d'orchestré la Marche des Morts pour le prochain film de celui ci: Evil Dead 3: l'Armée des Ténèbres.

A suivre…

Document attaché :

darkman.jpg




Membre depuis le
13 mars 2004
658 messages
Le jeu. 10 févr. 2005 à 20:38

EVIL DEAD 3: L'Armée des Ténèbres

Pour le troisième volet, Sam Raimi obtient le budget le plus confortable qu'il ai eut jusqu'alors, mais dans un soucis de cohérence avec le reste de la saga, Raimi décide qu'il n'aura recourt qu'aux trucages à l'ancienne (nous sommes en 1993, le T-Rex de Spielberg est sur les grands écrans!). Ainsi à travers cet opus, nous avons une armée de squelettes animé à la Ray Harryhaussen, des gargouilles en latex, des décors moyenâgeux volontairement pas crédibles, etc… A noter également, et cela peut étonner, que le gore et l'horreur viscéral à disparu au profit d'une comédie d'aventure fantastique. Mauvaise nouvelle? NON, ici Raimi se lâche encore une fois et ponctue son métrage d'un tas de clichés issus de ces précédents films: réplique de Darkman, Ash faisant une parodie d'une scène de Evil Dead 2 joué par une femme (!?!), etc etc… Bruce Campbell joue Ash comme il l'a toujours fait, avec génie, il a également l'honneur de jouer son double maléfique, tout en cabotinage laissant apparaître un acteur semblable à Jim Carrey! Hélas ou heureusement, Bruce restera toujours dans le cinéma singulier destiné aux fans (Bubba Ho-Tep) ce qui l'empêchera de se faire connaître du grand public! Le film cumule les scènes inoubliables, le duel dans le puit et le geyser de sang la précédant (seul excès gore du film!), construction d'une main mécanique par et pour Ash, poursuite dans les bois, Ash attaqué par des mini-doubles, apparition de son double négatif, découverte du cimetierre, et encore bien d'autre, autant vous dire que c'est rythmé et bien évidemment, magnifiquement filmé par un Raimi vraiment maître de sa caméra! Pour l'anecdote, la cicatrice au menton de Bruce Campbell n'est pas factice, elle est du à une vilaine blessure lors d'une scène de bataille! Le dénouement du film est en fait une fin retournée et personnellement je trouve la fin tel quel supérieur et en total accord avec la saga Evil Dead, bien que la fin alternative soit jubilatoire par son côté culotté, le mieux est donc de se procurer un dvd avec les 2 fins!

A suivre…

Document attaché :

10375529462884679.jpg




Membre depuis le
13 mars 2004
658 messages
Le lun. 14 févr. 2005 à 20:57

Mort ou Vif

Aprés toute une succession de films dit "déjantés", Sam Raimi se lançe en 1994 dans la réalisation d'un métrage d'un genre cinématographique profondément ancré dans les USA, est donc, pourrait on dire Sacrée: le western!Mais évidemment, Raimi reste Raimi, ainsi bien qu'il réalise un film beaucoup plus conformiste, sa patte visuel reste identique (et plus maîtrisé!). A sa sortie, la majorité des critiques assassineront le film, la raison? Un scènario trop mince à leurs yeux! Evidemment un critique reste un critique, et sans doute beaucoup auront inconsciemment mal digéré le traitement administré au genre par Sam! En effet, le scènario n'est pas un monument de finesse, dans un village isolé, le maire (impecable Gene Hackman) tiran, organise annuellement un duel avec prime importante remise au vainqueur, mais ce duel est surtout l'occasion de liquider les personnes susceptible de se débarasser de lui! Mais une mystérieuse lady (Sharon Stone) décide de s'inscrire avec pour but de liquider le pourri, pourquoi? Bref un scènario prétexte à toute une enfilade de scènes de duel ou Raimi explose le genre via sa mise en scène toujours aussi délirante et là nous découvrons le vrai film : il s'agit d'un vrai hommage au genre rendu via ce film qui accumule tout les poussifs du genre et créant une parodie respectueuse! Est ce pour autant un mauvais film? Non! Mais il est autorisé de ne pas aimer à condition de ne pas cracher dessus! Parmis les acteurs, on retrouve en tête d'affiche : Sharon Stone (productrice), Gene Hackman, le jeune Léonardo Dicaprio (avant Titanic), Russel Crow (avant Gladiator et Révélations), Lance Henriksen, Pat Hingel, Tobin Bell (avant Requiem for a Dream), ... bref un casting 4 étoiles pour le maître Raimi!
A noter un caméo de Bruce Campbell (chapeau melon et moustache lors de la scène du verre qui s'écrase au sol!) et même la voiture d'Evil Dead visible quelque part (personnellement je ne l'ai pas découvert!). Même si le film n'est pas autant acclamé que les précédents films de l'homme, celui ci lui permet d'acceder à Hollywood ce qui le met sur la route vers un avenir qu'il ne devine pas encore en cet instant!
Pour l'anecdote, Sam Raimi joue un ptit rôle dans le Millers Crossing de ses potes Coen (l'homme au 2 colts) .

Document attaché :

Aff01g.jpg




Membre depuis le
13 mars 2004
658 messages
Le jeu. 17 févr. 2005 à 20:17

UN PLAN SIMPLE

UN PLAN SIMPLE est un film singulier dans la filmographie de Sam Raimi, ici aucune pirouette de caméra, pas de personnages caricaturaux, pas d'univers bd! Un mauvais film? Oh que non, ce n'est pas parceque Raimi se remet en cause que son film est mauvais bien au contraire, il nous offre un drame/suspens précis, émotionnellement riche, et visuellement délicat! Il faut croire que le réalisateur a désirer ici appronfondire sa direction d'acteurs, sous ses directives se trouvent Bill Paxton (ayant découvert Evil Dead2 avec son pote James Cameron, celui ci acceptera de voir son cachet à la baisse pour jouer dans Un plan...), Billy Bob Thornton (qui scènarisera un prochain film de Raimi!), Bridget Fonda, Brent Briscoe, etc... A sa sortie les critiques seront unanimes, le film est une pure réussite, un suspens enneigé poignant emporté par des acteurs profonds et incarnant leurs rôles dans ce drame avec conviction! Quelque mauvaise langue lui repprocheront d'être une pale copie de Fargo, mais les 2 films n'ayant comme point commun que le genre, cette réflexion est totalement sans intérêt! Néanmoins, on pourra noter une récurance (volontaire?) aux films de Raimi: la dissolution de la cellule familliale! Comme exemples : Ash tuant soeur et ami(e)s dans les Evil Dead, le Darkman séparé de son amour, les paricides et infanticides de Mort ou Vif. Les psychanalistes et les critiques intellos ne manqueront pas de cogiter sur ce thème, mais connaissant la nature du réalisateur, son véritable amour pour le cinéma et la bd, et l'absence de troubles familiaux, il serait stupide d'épiloguer sur le sujet! Un plan simple est donc une progression du réal' qui aprés avoir parfait son style visuel, prouve qu'il est égalemment un grand directeur d'acteurs à qui pouvait en douter! Malheureusement, l'échec au box office du film dirigera le réal' vers le seul et unique échec de sa filmographie : Pour l'amour du jeu !

Document attaché :

B00004VY8I.08.LZZZZZZZ.jpg




Membre depuis le
13 mars 2004
658 messages
Le sam. 19 févr. 2005 à 11:46

POUR L'AMOUR DU JEU

Derrière ce joli titre se cache le seul et unique, mais d'autant plus triste, échec de Sam Raimi, il ne s'agit pas d'un échec public ou critique,mais bien d'un échec artistique de taille! Voir l'un des réalisateur les plus virtuose de notre époque se rabaisser à filmer un histoire d'amour archiconvenu fabriqué à la chaîne par la machine Hollywoodienne, est vraiment un spectacle désolant! L'histoire, c'est celle de Kevin Costner qui doit choisir entre l'amour de sa vie et son sport, le Baseball! On pouvait éspérer que Raimi mettrait à profit sa virtuosité technique au service de partie de Baseball incroyable, mais non, à croire que l'échec au Box Office de son magnifique Un plan Simple l'ai touché profondément, ou peut être que ce film ci était une manière de prouver aux producteurs qu'il était capable de mettre en scène une star... Toujours est il que ce film ennuyeux, conventionnel, artificiel, sans relief, est indigne d'un tel maître, ainsi je boucle cet article sur ce film, pour passer au retour du cinéaste qui va atteindre son sommet!

Message édité le 19/02/2005 à 11:49:55

Document attaché :

B000056CS0.08.LZZZZZZZ.jpg




Membre depuis le
13 mars 2004
658 messages
Le sam. 19 févr. 2005 à 22:25

INTUITION

Aprés la mauvaise note au bulletin que fut Pour l'amour du jeu, Sam Raimi reprend du poil de la bête, très vite on annonce que celui ci va réaliser un film fantastique, genre qu'il a si bien servit et qui fut celui de sa naissance, les fans jubilent (moi je jubilais ). Le film sort, aprés un passage et de bons échos au festival de Gerardemer, dans les salles, et... et oui c'est le retour de Sam, le vrai et l'unique! Le film se rangera du côté de son suspens Un plan Simple, principalement pour la direction d'acteurs très travaillé, mais on notera également que le visuel du réal' est de retour nottament lors des séquences de visions. De visions???? Oui de visions, Intuition (The Gift en vo) est l'histoire d'une jeune femme (touchante Cate Blanchett) veuve qui élève ses quatres gosses seules avec pour seul source de revenus la bonne aventure qu'elle prédit aux habitants, une activité qui n'est pas vue d'un très bon oeil, particulièrement par la brute du village (Keanu Reeves à contre emploi) qui bat fréquemment sa femme (Hillary Swank), amie de la prédicatrice, et qui se voit accusé du meurtre de la future femme (Katie Holmes) du professeurs des enfants de la prédicatrices (Greg Kinnear) à la suite d'une enquête aidé par la voyance de cette mére de famille! Comme vous l'aurez remarquer, un remarquable casting est mit à la disposition du cinéaste, à noter la présence de Giovanni Ribisi, Rosemary Harris (future Tante May), J K Simmons (futur rédacteur du Daily Bugle et déjà présent dans Pour l'amour ...) ainsi que Gary Cole (Sheriff d'Un plan Simple). Raimi se servira à merveille de cette impressionnante brochette d'acteurs confirmer pour servir son histoire qui en passant du Thriller au fantastique/épouvante, n'hésite pas à emprunter de nombreuses séquence au drame intimiste, renforcant ainsi la porté émotionnelle des évenemments sur le spectateur! A noter que c'est Billy Bob Thornton qui s'occupe du scènario (aprés leur collaboration sur Un plan Simple). Bien que demeurant un film fantastique "conventionnel", le talent de Raimi a utiliser le potentiel de ses acteurs et sa désormais légendaire virtuosité technique (voir les saisissantes visions qui parssement le métrage qui demeurent chacunes un morceau de bravoure!) crée la différence! La confiance des fans et des producteurs regagnés, Raimi s'apprette à recevoir son plus beau cadeau, mais ça, il ne le sait pas encore!

Document attaché :

liste divx_63.jpg




Membre depuis le
13 mars 2004
658 messages
Le dim. 6 mars 2005 à 21:06

SPIDER-MAN 1 et 2

Aprés de longue année de problèmes juridiques, l'adaptation de Spider-man est enfin remise sur les rails, une liste de réalisateurs pouvant potentiellement réussir cette tache est rédigé, en premier figure des noms tels que James Cameron, Steven Spielberg, etc... et dans le fond de la liste se trouve le nom de ... de .... Brett Ratner? Mais non andouille, de qui parle t'on depuis le début? SAM RAIMI! Ainsi, Sam Raimi expose sa vision de l'oeuvre aux producteurs qui retiendront des élèments essentiels chez le cinéaste: c'est un vrai FAN et sa volonté de faire un film sur Peter Parker avant de parler de Spider-man! Contre toute attente, alors que l'on annoncait déjà James Cameron comme le réalisateur, c'est Raimi qui est désigné, ayant le comics dans son coeur depuis l'enfance, celui ci est dans un océan de bonheur, mais il craint également de se vautrer, car il s'agit de son premier blockbuster! A l'arrivé le film est une réussite (je parlerai des défauts par aprés) Raimi ayant débuter par le systéme D, il décide de ne pas changer de méthodes de travail, ainsi sa tache s'en retrouve énormément facilité! On notera tout de même quelques défauts du à cette première expérience dans les films aux budget pharaoniques, le look du Bouffon vert laisse quelque peu sur sa faim, niveau visuel Raimi est trop réservé, le film trop "lisse", des défauts qui heureusement ne salissent pas un film de super-héros sincére et filmé par un réel amoureux du genre qui ne doit ici que refaire ce que ses fans connaissent, mais pas le grand public, et ce dans un sujet qu'il chérie depuis son enfance! Le résultat est là, le film explose le box office et se place comme meilleur lancement! Mais ce n'est pas fini, aprés cette première partie qui ressemble d'avantage à un entraînement, Raimi signe pour les 2 volets suivants, ce qui améne à Spider-man 2, qui à tout point de vue, écrase le précédant!
Ayant toute les cartes en mains, Raimi va littéralement exploser dans cette suite (on peut établir un paralléle avec Evil Dead 2!), ainsi le côté humain est encore plus développé et le réalisateur se permet même de mettre fin au super-héro au milieu du film pour ne plus le revoir durant une bonne demie heure, chose impenssable pour la majorité des productions hollywoodiennes, on notera qu'il n'y a que 2 réelles scènes d'actions durant le métrage (la banque et le métro!), on retrouve égalemment une scène d'horreur PURE hommage à ses début (l'hopîtal) et qu'au milieu de tout ça le héros est dans la déche, sa copine le plaque, son meilleur ami l'humilie en public, etc etc... des élèments totalement en désaccords avec les blockbuster habituels, mais qui propulse le personnage vers le spectateurs, augmentant l'identification , et l'impliquant profondément lors des scènes dramatiques tout comme celles d'actions! Et parlons en de ces fameuses scènes, ici Raimi ne se retiends plus, tout ce qu'il imagine de plus fou, de plus audacieux, de plus vertigineux et condensés dans ces scènes qui se transforme en un rollercoaster de moments dingues, ceci dans un découpage complètement lisible, très loin des scènes clipés d'un Bruckeimer's movie! L'implication du réalisateur se ressent égalemment dans la foule de caméos à l'écran: Scott Spiegel (co-scènariste de Evil Dead2), Bruce Campbell, Ted Raimi, John Landis, Stan Lee, Dan Hicks, Brent Briscoe, etc sans oublier.....une tronçonneuse . Devant un tel étalage de talents et de générosités, on ne peut que baver à l'attente du 3ème opus, l'attente est encore plus intense lorsque l'on sait que Raimi a promis d'embrayer sur EVIL DEAD 4!
Voilà l'arrivé au sommet d'un réalisateur, qui à le mérite de ne pas avoir du attendre la renommé mondiale pour étaller son talent!

Document attaché :

spiderman 2.jpg




Membre depuis le
13 mars 2004
658 messages
Le dim. 6 mars 2005 à 21:16

Voilà mon topic biographique sur mon réalisateur fétiche est fini, je remercie ceux qui on eut la patience de le parcourir, j'éspére que cela vous a plut! Maintenant vous pouvez laisser vos impressions, vos opinions!
Merçi à tous

TARSEM


Membre depuis le
1 mai 2004
2241 messages
Le dim. 6 mars 2005 à 21:47

trés bon topic je dois le dire, ça fait plaisir de voir qu'on s'attarde un peu sur le passé des réals et ce qui les à manés à ce qu'ils sont aujourd'hui. Chez Raimi c'est d'autant plus interssant qu'il a toujours été passionné par les comics et en a imprégné tous ses films que que spiderman sonne, comme tu le dit, comme une célébration de se carrière en générale.

"S'il n'y avait pas eu assez de monde à la crucifiction, ils l'auraient certainement reprogrammée."
"Chaque personne est un cadavre potentiel".
"On ne peut réclamer de la perfection qu'un instant".

Chuck Palahnuik, Survivant et Fight Club


Et Puis mon Blog qui n'en est pas un: mon blog
et mon site sur christina.





Accueil | Quiz Invisibles | Quiz Visuels | Quiz Textes | Forums | Comparateur | Conditions Générales d'Utilisation

Sauf où cela est expressément indiqué, tous les produits, logos, images et visuels publiés sur le site sont la propriété de leur(s) marque(s) respectives(s), des éditeurs vidéo ou de leurs ayant-droit.