Utilisateur
Mot de passe
> Mot de passe perdu

Profil de Montillot


Membre depuis le lundi 8 mars 2004
Dernière visite le mercredi 1 février 2006
Email
Nombre de messages dans les forums 558

Avatar


Messages dans les forums


Membre depuis le
8 mars 2004
558 messages
Le lun. 17 oct. 2005 à 23:47

OUZEGUY a écrit :
Le film coupait un peu court dans les explications et surtout sur l'enfant


La version longue intégrait une scène où la mère recevait un psychologue, et où il était fait mention de l'incident avec son père...
Honnêtement cela n'ajoutait pas grand chose au schmilblick, on comprend pourquoi il l'avait enlevée.

Mais bon, moi, j'dis ça, j'dis rien, hein...


Membre depuis le
8 mars 2004
558 messages
Le lun. 17 oct. 2005 à 13:57

rickman addict a écrit :
Les âmes grises
Excellent film, excellents acteurs, l'esprit du livre est respecter...bref il faut le voir...je ne comprends pas les critiques qui ont dit que pour ce rôle villeret n'était pas génial, je l'ai trouvé vraiment impressionant !!! cinique, détestable, froid...du trés grand Villeret et ce n'est pas parceque l'acteur nous a quitté que je dis ça !

9/10

En effet, le casting était peut-être le seul point positif de ce film...

Mais bon, moi, j'dis ça, j'dis rien, hein...


Membre depuis le
8 mars 2004
558 messages
Le dim. 16 oct. 2005 à 12:46

Hollywoodgirl a écrit :
Saints-Martyrs-des-damnés

Synopsis

L’histoire se déroule à Saints-Martyrs-des-Damnés, un petit village éloigné au Québec, où on vient de découvrir plusieurs disparitions. Pour tenter de résoudre l’énigme, l’éditeur d’un journal spécialisé dans le surnaturel, décide d’envoyer sur les lieux Flavien Juste, journaliste et Armand Despas, photographe. Au village, Flavien et Armand sont hébergés à l’Auberge des deux Malvina lorsque ce dernier disparaît. Flavien fera tout pour le retrouver malgré le regard réticent des villageois. Il ne partira jamais sans Armand, son meilleur ami, même s’il doit découvrir des choses qu’il aurait aimé ne jamais savoir. Tout le reste est mystère...


TELLEMENT bien réalisé, poétique, à la limite du burlesque, mais avec du surjouage et une histoire bizarroïde (mais qui se tient, néanmoins). Ce n'est pas cette impression que donne le synopsis hein?
Pourtant, quand Robin Aubert (le réalisateur) s'empare d'une telle folie créatrice, provoquée par ses cauchemars paraît-il, il ne peut qu'en résulter un film très éclectique (nouveau mot que j'ai appris ) : un scénario qui s'apparente à un Drame Fantastique mais un film tellement intelligeamment réalisé, pensé, monté, coloré, imagé, derrière lequel il ne peut se cacher qu'un talent brut et une audace exceptionnelle.




C'est beau, ce que tu nous dis là!

Mais bon, moi, j'dis ça, j'dis rien, hein...


Membre depuis le
8 mars 2004
558 messages
Le dim. 16 oct. 2005 à 01:33

kalkaoual a écrit :
Montillot a écrit :
Mouais... un peu tiré par les cheveux, non?


Certes mais le gars qui a écrit ça reste quand même crédible...

Oh tu sais, avec deux ou trois références, on peut tout à fait paraître crédible devant l'inculte, mais à nous, on nous la fait pas, hein?

Mais bon, moi, j'dis ça, j'dis rien, hein...


Membre depuis le
8 mars 2004
558 messages
Le sam. 15 oct. 2005 à 00:31

Mouais... un peu tiré par les cheveux, non?

Mais bon, moi, j'dis ça, j'dis rien, hein...


Membre depuis le
8 mars 2004
558 messages
Le sam. 15 oct. 2005 à 00:22

Enfin non, Les Cahiers je n'aime pas ce qu'ils disent tout simplement, mais c'est vrai qu'ils ont des critiques quand même plus fouillées.
Et il y a des revues renommées que je n'ai jamais lues (comme Positif).

Mais bon, moi, j'dis ça, j'dis rien, hein...


Membre depuis le
8 mars 2004
558 messages
Le sam. 15 oct. 2005 à 00:20

Cela fait maintenant 3 ou 4 ans que je ne lis plus de critiques, donc je ne peux pas trop dire si celles de la presse "non-spécialisée" sont vraiment bonnes ou mauvaises.

Il me semble pourtant qu'il s'agit a priori des mêmes journalistes, car ce ne sont pas forcément ceux qui font un reportage sur la pêche à la mouche qui écrivent la page ciné dans le magazine sur la pêche à la mouche... Un journaliste est mobile, il peut être pigiste un peu partout.
Simplement je pense que ce sont le même genre de critiques, qui ont le même regard ou qui le simplifient un tout petit peu lorsqu'ils savent qu'ils s'adressent à un lectorat plus "novice".

Je n'ai moi-même jamais lu de critique vraiment passionnante (ni déterminante pour aller voir un film) dans quelque journal que ce soit: Marie-Claire, Paris Match, Première, Studio, SFX ou les Cahiers du Cinéma, pour moi c'est à peu de choses près pareil. Seulement les derniers sont juste un peu plus expansifs...

Mais bon, moi, j'dis ça, j'dis rien, hein...


Membre depuis le
8 mars 2004
558 messages
Le mer. 12 oct. 2005 à 23:49

kalkaoual a écrit :
Hollywoodgirl a écrit :
Un jour je parlerai de cinéma aussi bien que toi, j'espère


A ben pour en parler aussi bien faudrait savoir ce qu'est "une courte focale" et un "steadicam" ... ce qui n'est pas mon cas.


La focale est la caractéristique d'un objectif qui détermine l'angle de champ. Plus la focale est courte, plus on voit large. Le problème est qu'une très courte focale a tendance à déformer les perspectives (comme la lentille "fish-eye", appelée ainsi pour l'effet extrême qu'elle produit).

Le steadicam est un système de caméra portée par le caméraman par le biais d'un bras articulé, et qui stabilise l'ensemble. Ainsi il peut marcher avec, monter des escaliers, courir (raisonnablement) dans les bois, sans que ses mouvements ne fassent trembler la caméra.



Quelques infos ici: http://www.cinemaquiz.com/forums/topic.asp?topic=2419&forum=18&page=1

Mais bon, moi, j'dis ça, j'dis rien, hein...


Membre depuis le
8 mars 2004
558 messages
Le mer. 12 oct. 2005 à 00:41

Ceci est un spoiler, sélectionnez la zone pour le faire apparaître.
'achement cool, la fin! Même si l'enterrement est assez cliché et nous promet un film larmoyant sur la fin (avec une image hyper diffuse, les violons qui couinent, harry qui rit avec les yeux plein de larmes en voyant Hagrid faire le con...)
Ceci dit ce qu'il y a de mieux dans cette fin, c'est justement la décision de Harry de ne pas retourner à Hogwarts: plein de détermination, il affirme qu'il est seul face à sa tâche, et qu'il ira jusqu'au bout... dieu que j'aimerais la réaliser, cette scène!


Sinon globalement je l'ai trouvé un peu similaire au précédent: il ne se passe pas grand chose de vraiment palpitant (du routinier, quoi), sauf aux quelques moments clefs comme la fin...


Je pense qu'à la fin Snape a tué Dumbledore pour garder la couverture (et aussi parce qu'il était sous l'unbreakable vow). On découvrira sûrement dans le 7 qu'il s'en mord les doigts, mais que c'était nécessaire pour arriver jusqu'à Voldemort.

Quant à RAB, je pense que l'hypothèse du frère de Sirius est assez convaincante. Sinon, pourquoi avoir ammené le fait qu'Harry héritait de la maison des Black?


Mais bon, moi, j'dis ça, j'dis rien, hein...


Membre depuis le
8 mars 2004
558 messages
Le mar. 11 oct. 2005 à 22:27

Hollywoodgirl a écrit :

Toi je t'aime

Right back at ya!

Mais bon, moi, j'dis ça, j'dis rien, hein...


Membre depuis le
8 mars 2004
558 messages
Le lun. 10 oct. 2005 à 16:00

Les Frères Grimm

En effet, une drôle de sensation que le film n'est pas tout à fait fignolé... phénomène peut-être un peu inhérent au style de Gilliam qui ne se prête pas forcément à une grosse production à effets spéciaux qui se vend comme un "Van Helsing". Il faut dire que les plans à la grue avec une très courte focale qui déforme toute l'image, ou la sous-exposition générale du film qui rend les ombres grises et l'image en général assez terne, ne fait pas très Hollywood.
Hélas, lorsque je jubilais devant les plans furibonds au steadicam qui suit le petit chaperon rouge à travers les arbres de la forêt, je déchantais tout de suite après en étant rappelé à la dure réalité du cinéma hollywoodien.

D'autres arrivent assez à imposer leur style avec succès à une grosse production de ce type (cf Soderbergh et "Ocean's Twelve"), il faut croire que ce n'est malheureusement pas le cas pour Gilliam.

Mais bon, moi, j'dis ça, j'dis rien, hein...


Membre depuis le
8 mars 2004
558 messages
Le jeu. 6 oct. 2005 à 20:00

Je crois surtout que cela vient du fait que les Américains ont un certain respect de ce qu'ils font, dans le sens où ils sont conscients qu'il s'agit d'un film qui, pour être exploité et regardé, doit être regardable, alors qu'en France, un "jeune qui démarre" est forcément un mec qui doit apprendre à faire avec peu en se rattrapant avec un bon scénario.
Bon je ne vais pas refaire le laïus "On vit un diktat du scénario"...

Mais culturellement parlant, je pense qu'il y a une grosse différence: alors qu'eux mettent en avant le produit lui-même, et font tout en fonction de l'effet provoqué sur le spectateur, on a trop tendance en France à parler de "l'auteur", et à se concentrer sur lui pour peu que le film soit un peu personnel. Comme si l'artiste importait plus que l'art...

Et en effet, il faut voir l'apport pseudo-intellectuel, l'influence nombriliste et même mondaine qui répand ce genre de raisonnement.

Mais bon, moi, j'dis ça, j'dis rien, hein...

Message édité le 06/10/2005 à 20:01:56


Membre depuis le
8 mars 2004
558 messages
Le jeu. 6 oct. 2005 à 18:32

Il y a beaucoup de choses qui me semblaient faire trop "clichés d'ados" dans la forme (et notamment le choix de la musique, dsl valmens!), mais en même temps j'en suis sorti avec une certaine nostalgie de l'époque, ce qui veut certainement dire que c'était bon.


Et en effet, Zach Braff fait preuve d'une grande maîtrise visuelle, autant dans le découpage (malgré les quelques clichés gratuits comme des ralentis sur de la musique pop...), que dans les directions données à la photographie. On sent dans chaque scène une vraie intention d'image, du style, bref, c'est esthétiquement fouillé et surtout juste.
Sans parler du niveau technique qui n'a rien à envier aux grosses productions hollywoodiennes: je repense par exemple au travelling à la surface de la piscine lorsque les deux héros discutent, qui est lent et long, mais reste précis et extrêmement maîtrisé tout du long...


Ce n'est justement pas le genre de films que je me sens en droit d'attendre de la part d'un jeune réalisateur français, même avec un budget équivalent. Pourtant nous avons, en France, des techniciens hyper-compétents; pourquoi me semble-t-il à chaque film qu'ils sont sous-employés ou qu'on ne les laisse carrément pas faire leur boulot correctement?
Je me demande vraiment s'il n'y a pas une question profonde de culture derrière tout ça, et pas seulement de moyens...

Mais bon, moi, j'dis ça, j'dis rien, hein...


Membre depuis le
8 mars 2004
558 messages
Le lun. 26 sept. 2005 à 21:39

D'ailleurs ils sont en tournage à Paris en ce moment...

Mais bon, moi, j'dis ça, j'dis rien, hein...


Membre depuis le
8 mars 2004
558 messages
Le mar. 20 sept. 2005 à 00:46

Collision

Typiquement le film américain très dramatique-neuneu qui croit avoir du style simplement parce que tout est en gros plan...

Non pas que j'aie détesté. Il est vrai que c'est plutôt bien écrit, même si je trouve la confrontation anecdotique de toutes ces histoires un peu forcée (à mon avis c'est surtout un prétexte pour mettre plein d'histoires différentes avec un vague fil conducteur dans un seul film, histoire de pas avoir à dire que c'est un film à sketches).

Mais bon, je dois admettre que si j'ai été scotché lors de la séquence de l'accident (acte héroïque et tout!), j'ai carrément explosé de rire lorsque
Ceci est un spoiler, sélectionnez la zone pour le faire apparaître.
la gamine se jette en face de son père pour lui éviter une balle, transtrav sur le père qui crie à l'appui.

Il faut dire qu'avec un dramatisme aussi forcé, et surtout avec des moyens de mise en scène aussi exacerbés et grossiers, on peut très facilement chavirer de l'efficacité maximale au ridicule, ce que nous prouve très bien ce "Collision" malgré tout attachant.

Chose rare, cependant, les spectateurs de l'UGC des Halles ont applaudi à la fin de la séance...

Mais bon, moi, j'dis ça, j'dis rien, hein...





Accueil | Quiz Invisibles | Quiz Visuels | Quiz Textes | Forums | Comparateur | Conditions Générales d'Utilisation

Sauf où cela est expressément indiqué, tous les produits, logos, images et visuels publiés sur le site sont la propriété de leur(s) marque(s) respectives(s), des éditeurs vidéo ou de leurs ayant-droit.