Utilisateur
Mot de passe
> Mot de passe perdu

Profil de Valmens


Membre depuis le samedi 1 mai 2004
Dernière visite le mardi 28 mars 2017
Email
Nombre de messages dans les forums 2241

Avatar


Messages dans les forums


Membre depuis le
1 mai 2004
2241 messages
Le ven. 13 nov. 2015 à 11:22

Sinon, je viens de gober l'intégralité de Master of None sur Netflix, c'était vraiment très cool, moderne et fin !
cliquer ci-dessous pour accéder au site.



Membre depuis le
1 mai 2004
2241 messages
Le mer. 4 nov. 2015 à 16:51

Moi j'ai bien aimé Sens8, ça commence très très mal, mais après quelques épisodes, la série se révèle riche, intéressante et originale, autant dans le fond que la forme. Pas ma série préférée, mais une belle expérience.
cliquer ci-dessous pour accéder au site.



Membre depuis le
1 mai 2004
2241 messages
Le lun. 31 août 2009 à 00:30

Je sors de la salle, je suis encore sous le coup, mais je crois que j'ai aimé dans l'ensemble même si je devrais malheureusement attendre la version DVD pour réellement apprécier le film (je suis actuellement en suede, et je ne comprends pas un mot d'allement, il y a donc un chapitre entier qui m'est passé sous le nez).
Le film est dans l'ensemble assez, même si je trouve qu'on a parfois trop vite fait de s'emballern parce que c'est tarantino.
D'un point de vue mise en scène, Tarantino a adopté une caméra trés mobile par rapport à d'habitude, avec notamment ces dialogues en plan séquences passant de personnage en personnage. Si cela donne de l'intensité à ces scènes, on perd un peu au change car le montage s'en voit appovrit et on en vient à regretter celui de pulp fiction, sec, violent et foutrement efficace. Pour le reste, Tarantino ne se foule pas trop non plus, il reprend sa structure narrative habituelle et laisse ses acteurs s'éclater jusqu'au cabotinage. C'est jouissif mais on est jamais vraiment surpris au final. La force du film vient pourtant de là, des acteurs, en particulier Christiph Waltz, qu'il n'est pas utile de décrire, tout le monde chie en permanence des éloges méritées à son sujet. il est à ce film ce que heath leadger est à the dark knight, une puissance obscure et joussive, noire comme l'enfer et pourtant presque séduisante. un nazi doté de sarcasme =, de charme et de flegme, c'est trés dangereux. Brad Pitt lui s'en donne à coeur joie. Il n'est pas là pour être sérieux et le montre à tout bout de champs en usant sans retenue de son accent à couper au couteau, en grimaçant... de la part de quelqu'un d'autre ça aurait été grossier, mais pitt est un grand acteur, il parvient à trouver la justesse dans chaque scène, en conférant à son personnage presque autant de ridicule que de force et de violence. les autres basterds sont tout aussi bon, même si on regrette qu'ils n'aient pas tous leurs moment de bravoure (je pense en particulier à Samm Levine qui ressemble ici à un laissé pour compte). Quant à Mélanie Laurent, il est vrai qu'elle est ici particulièrement fade et premier degré, c'est bien dommage. On se délecte enfin des nombreuses tête connues qu'on rencontre dans le film, tous excellents.
Du point de vue du scenario, Tarantino a été plutot malin, il s'est abstenu de raconter une histoire pour se concentrer sur des scène et ainsi bâtir son film sur la force des perssonnages. C'est peut-être ce qui surprend le plus. En effet, les personnage sont toujours centraux chez tarantino, mais le comique comme le tragique sont de situation, alors qu'ici, il refuse de se laisser aller dans de faciles méandres scenaristiques qu'il maitrise trop bien. Tout repose sur la construction de personnages forts et parfaitement structurés.

Dans l'ensemble c'est donc un trés bon film, mais loin d'être le meilleur tarantino.

cliquer ci-dessous pour accéder au site.



Membre depuis le
1 mai 2004
2241 messages
Le lun. 29 juin 2009 à 16:23

j'ai toujours révé d'être un gangster
l'étrange noel de mister jack
there will be blood
Thudors sainson 1
Rome sainson 1
Rome saison 2
Sos fantome 1&2
Little Miss Sunshine

cliquer ci-dessous pour accéder au site.



Membre depuis le
1 mai 2004
2241 messages
Le jeu. 18 juin 2009 à 17:00

Sunshine Cleaning
7/10

L'histoire est simple, faiblement original (elle faisant en effet déjà l'objet d'un film déjanté produit par tarantino, sang froid si ma mémoire et bonne) mais ici c'est avant tout le ton qui est important. on a à faire à un classique cinéma "indépendant" américain, à savoir des gens laissé sur le bas côté de l'autoroute du rêve américain, des gens biens qui ont loupé leur coche et qui savent que c'est trop tard. le centre du sujet est ici la famille et les liens qui l'unisse, ce lien fort qui fait d'un looser un leader quand le besoin est là. C'est plutôt bien écrit, surtout au niveau de la profondeur du personnage principal, diont on connait tous les détails de la vie sans que cela semble forcé. les dialogues sonnent juste et les acteur aussi, en particulier Amy Adams, qui ^porte littéralement le film avec son regard toujours au bord des larmes et ses lèvres tremblantes. c'est une sorte de femme enfant forcée de jouer le rôle de mère pour sa soeur (adolescente attardée), son père (dénicheur officiel de mauvais plans) et son fils dont on ne sait jamais s'il est sur ou sous doué.
Le problème de ce film réside dans sa prévisibilité et son absence d'originalité. c'est vraiment dommage, mais on a là un film qu'on va trés trés vite oublier, alors qu'il dégage une réelle sincérité.

cliquer ci-dessous pour accéder au site.



Membre depuis le
1 mai 2004
2241 messages
Le jeu. 18 juin 2009 à 16:51

Je participe aussi cette année!
en espérant que j'aurais internet en sudède et un bon vidéoclub...
je cherche soigneusement mon film.

cliquer ci-dessous pour accéder au site.



Membre depuis le
1 mai 2004
2241 messages
Le sam. 13 juin 2009 à 10:11

j'aurais mis The Darkman pour le 2

cliquer ci-dessous pour accéder au site.



Membre depuis le
1 mai 2004
2241 messages
Le mer. 10 juin 2009 à 22:28

kalkaoual a écrit :

En même temps les modèles terminator qui ressemblent aux humains sont des modèles d'infiltration (comme qui tu sais) donc fait pour se fonde dans une communauté humaine


en même temps tous les robots sont sur pattes, sans peau ni rien, y compris ceux à l'intérieur de la forteresse qui n'ont rien de robots d'infiltration.

cliquer ci-dessous pour accéder au site.



Membre depuis le
1 mai 2004
2241 messages
Le mer. 10 juin 2009 à 00:35

kivrin a écrit :
kalkaoual a écrit :
Terminator Renaissance
7/10

Ceci est un spoiler, sélectionnez la zone pour le faire apparaître.
Pourquoi veut-il à tout prix sauver son père, alors qu'il sait qu'il vivra puisqu'il lui a déja donné naissance dans le passé?



Pour répondre à ta question sans dévoiler quoi que ce soit : tout retour dans le passé influe sur le futur. Pour que Connor existe, il faut que son père soit envoyé dans le passé.
La question est : Comment le fils lui -même a t'il pu envoyer son père dans le passé ?
Pour être conçu, le fils doit envoyer le père dans le passé
Pour envoyer le père dans le passé , il faut que le fils soit conçu.
C'est le chat qui se mort la queue...



il y a un élément de réponse dans Futurama où un personnage est son propre grand père!

cliquer ci-dessous pour accéder au site.



Membre depuis le
1 mai 2004
2241 messages
Le mer. 10 juin 2009 à 00:34

Terminator résurection
2/10

sans être fan des premiers épisodes (je n'ai même pas vu leur troisième) je leur voue un respect et une admiration mérités en tant que pière angulaire de la science fiction populaire. mélant histoire prenante, paradoxes temporels et réflexion sur la technologie, le tout de manière ouvertement rock'n'roll, voir carrément second degré pour Terminator 2, ces films sont des classiques.
Quelle ne fut donc pas ma déception de découvrir de dernier avatar de la saga, malmené par McG à qui on ne sait pas quoi reprocher en premier : une absence totale de direction des acteurs (Christian Bale, pourtant trés bon acteur, a un jeue risible tellement il est forcé), un scenario une incohérance hors du commun, semblant vouloir seulement enchainer les scène grand spectacle sans jamais une secondes réfléchir à l'environnement dans lequel ceci est situé. passé les dix premières minutes (close par une prouesse, John Connor saute d'un hélicoptère en vol dans une mère agité afin de rejoindre un sous marin secret à la nage, tout ceci le plus sérieusement du monde).Car au-delà des incohérences énorme, on est surtout consternés par ce futur absoluement bidon où les machines sont censées avoir pris le pouvoir, mais continue à prendre une apparence humaoïde (pourquoi, on ne le sait pas) et à se battre principalement avec les mains, et de manière royalement peu efficace en plus. si dans les deux premiers épisodes, cela avait un sens, les machine voulant se fondre dans la population, ici c'est juste ridicule.
Je pourrais continuer à critiquer longuement cette sombre nullité, mais il se fait tard. n'y allez pas c'est une merde.

cliquer ci-dessous pour accéder au site.



Membre depuis le
1 mai 2004
2241 messages
Le ven. 29 mai 2009 à 19:00

Blinky a écrit :
Burton et Spielberg !!!

Stephen King c'est pas un cinéaste hein??Il fait seulement écrire les livres ...Mais bon j'aime quand même ce qu'il fait .




il me semble qu'il a réalisé un film, IMDB me dit maximum overdrive, mais ça a pas l'air d'être un chef d'oeuvre.

cliquer ci-dessous pour accéder au site.



Membre depuis le
1 mai 2004
2241 messages
Le mer. 27 mai 2009 à 23:07

Jusqu'en enfer
Sam Raimi

Comme beaucoup, j'ai découvert le cinéma d'horreur avec la superbe trilogie evil dead. modèle de réalisation, de rythme et de recul, cette trilogie a servi de maitre étalon à toute une génération de réalisateurs, pas seulement dans le domaine de l'horreur. Alors inutile de dire que quand le bougre annonce son retour au genre, qui plus est aprés l'un de ses plus mauvais films, inutile de dire qu'on l'attend au tournent. l'affiche, quoi qu'aguicheuse, fait déjà un peu peur, Raimi aurait-il cédé à la mode de l'horreur nouvelle génération, à base de torture et de belles pépés? La bande annonce non plus, molassonne et sans personnalité ne laisse rien présager de bon. mais bon, c'est Raimi, c'est son retour au cinéma d'horreur, je ne peux pas me permettre d'y aller aprés les autres, je dois y aller en premier, découvrir et répendre la bonne ou la mauvaise nouvelle. et là, dés la première image du film, Raimi l'affirme haut et fort "papa est de retour". et oui, ce bon vieux Sam l'a fait, avec classe et discrétion, il vient de nous sortir Evil Dead 4. bien sur ici il n'y a ni Ash, ni cabane ou livre de la mort, il n'y a pas cet isolement, mais voilà, c'est clairement evil dead 4, dans le bon sens du terme, on retrouve avec joie ce roller custer qui navigue entre suspens, horreur et humour, on retrouve cette caméra vivante qui devient progressivement un personnage du film, on retrouve cet humour directement emprunté aux stooges, et surtout un personnage principal joyeusement malmené physiquement. c'est jouissif comme jamais, et même s'il est trop humble pour l'avoir nommé Evil Dead 4, Raimi a remporté un paris que la plupart croyait impossible. J'ai rarement ressenti cela dans une salle de cinéma, et il l'a fait sans grande pompe, sans même gros budget (20 million de dollars, un broutille pour Raimi), il a réussi là où Spielberg et Lucas ont échoué, redonner vie à un mythe.

9/10


cliquer ci-dessous pour accéder au site.



Membre depuis le
1 mai 2004
2241 messages
Le mar. 19 mai 2009 à 14:49

harlemshogun a écrit :
rizzo20 a écrit :
Hollywoodgirl a écrit :



C'est comme Last chance Harvey = Last chance for Love (???)
Bring it on = American girls (???)


C'est vrai que tes exemples sont encore plus abérants.
A la limite Good morning England fait référence a Good morning Vietnam (enfin je pense que c'est ça qu'ils avaient en tête, sinon pourquoi?)
Et en Allemagne, encore un titre anglais: Radio Rock Revolution...


Je pense à la même référence avec "Good Morning Vietnam" et je trouve ça assez nul. Changer un titre anglais pour un autre plus facile à retenir et surtout à prononcer. On se souvient de "Phone Booth" qui devient "Phone Game". Pour d'autres raisons bassement mercatiques "School of Rock" pourtant très évocateur pour le français moyen devient "Rock Academy" (cherchez la référence cachée : Un indice c'est pas Police Academy)


une fois n'est pas coutume, je trouve justement que le titre "good morning England" est beaucoup mieux que l'original, le français moyen ne connaissant pas le double sens du mot rock.

cliquer ci-dessous pour accéder au site.



Membre depuis le
1 mai 2004
2241 messages
Le lun. 4 mai 2009 à 10:14

Meutre à la saint valentin 3D
2/10

Scenario lamentable, mise en scène grotesque, acteurs tous mauvais, effets cheap à souhait... La 3d est vraiment, mais vraiment la seule raison d'exister de ce film, et là encore ça pèche, chaqun des effet 3D étant prévisible des kilomètres à l'avance, comme tout le film. ça se veut un hommage au slasher, sans en avoir la classe et la fraicheur. on peine à se prendre de pitié face à ces personnage, à avoir peur du boogeyman, à rester éveiller... On en vient à réver d'un film d'horreur 3D écrit et réalisé par Rob Zombie ou Alexandre Aja, où la 3D ne serait pas un accessoire, mais un moyen de l'horreur, où le spectateur se sentirait agressé, menacé par ce qu'il subit.

cliquer ci-dessous pour accéder au site.



Membre depuis le
1 mai 2004
2241 messages
Le jeu. 23 avr. 2009 à 17:28

Nick and Norah's Infinite Playlist
7/10

l'affiche du film ne me plaisait pas. son ton ado non plus. mais j'avais rien à faire hier donc je me suis dit pourquoi pas. j'ai été cueilli par la simplicité et l'innocence de ce film. c'est pas grandiose ni révolutionnaire, mais ça n'en a pas la prétention. ça parle de musique avec passion mais c'est pas non plus high fidelity (chef d'oeuvre parmi les chef d'oeuvres). c'est juste une jolie histoire toute bête de jeunes gens. c'est agréable et humble. une bonne détente.

cliquer ci-dessous pour accéder au site.






Accueil | Quiz Invisibles | Quiz Visuels | Quiz Textes | Forums | Comparateur | Conditions Générales d'Utilisation

Sauf où cela est expressément indiqué, tous les produits, logos, images et visuels publiés sur le site sont la propriété de leur(s) marque(s) respectives(s), des éditeurs vidéo ou de leurs ayant-droit.